Tour des Vallées Tranquilles, St Jean De Luz

Dès l'aube, les premiers cyclos se pressent aux portes du gymnase Urdazuri. C'est dès 6H30 du matin que je rejoins mes amis de l'ASC Cyclo, avec la ferme intention de réaliser les 137 km du grand parcours. Nous nous retrouvons à 6 pour les inscriptions d'usage et le café, avant de nous élancer dans l'aventure.
Nous nous engageons dans le sillage d'autres participants, devinant dèjà la belle journée qui nous tendait les bras. Dans les têtes, la bonne humeur matinale est là, pas encore émoussée par les premières difficultés annoncées. La journée s'annonce bien. Notre petit groupe, homogène roule à bon train et enchaîne les bosses de plus en plus nombreuses. Quelques cyclos, plus touristes ceux-là, sont avalés jusqu'au premier ravitaillement, sauf pour Michel entraîné par Julien dont les gambettes de feu n'ont rien à faire d'une halte réparatrice. Au pied de la côte d'Urcuray, nous nous laissons aller à quelques extras: pommes, oranges, cake, chocolat, pruneaux et boissons diverses. Nous repartons requinqués rejoindre Michel, la bave au coin des lèvres et dèjà en hypoglycémie (je plaisante biensûr!). Ses réserves sont à l'inverse de son surpoids, comprendra qui connait l'animal.
Le parcours est connu car nous naviguons sur des routes communes à nos circuits: St Pée, Souraïde, Espelette, Cambo, Hasparren, Labastide Clairence, Laharanne. Pour le reste, l'aventure commence. L'itinéraire est fléché et nous guide sur des chemins de traverse. Nous sommes parfaitement biens à croire que les kilomètres déjà passés n'ont que modéremment entamés nos forces. Les paysages sont sublimes car nous sommes souvent sur des crêtes. Les landes d'Isturitz, que je découvre, me permettent d'admirer le panorama. Il faut dire que j'ai tout mon temps car je suis à fond depuis un moment. Devant, ça s'explique avant de revenir me pousser, par la pensée.
Nous allons bientôt nous séparer car Dédé et moi avons prévu de regagner Jaxu. L'autre partie du groupe nous salut à la croisée des chemins pour continuer sur le chemin du retour car cous avions passées sans sourciller la mi-parcours. Notre enthousiasme ne sera pas emoussé par les difficultés qui s'enchaînent maintenant à un rythme soutenu. Nous montons, nous descendons comme sur les montagnes russes.
A la fin tous le monde se félicite d'avoir participé à cette randonnée. Un bon entraînement pour mieux anticiper les prochaines échéances de cet été. Gageons que les participants garderont en mémoire leur périple quand dans les futures pentes, ils auront trop mal aux jambes...

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Notre site Le vélo couché par guyetsamachine est listé dans la catégorie Cyclisme : Cyclo-tourisme de l'annuaire Referencement organique